Quelle alternative naturelle à la couette synthétique ?

Vous l’aurez compris, pour nous, la meilleure alternative naturelle à la couette en synthétique c’est la couette garnie de laine. Mais pourquoi avoir choisi la laine qui, selon nos idées reçues, est lourde, très chaude et n’a pas de gonflant ? 

Nous allons vous donner 4 raisons de faire le même choix que nous et de ne jamais le regretter. 

Raison n° 1 : Comment pouvons-nous bien dormir sous une couette synthétique, c'est-à-dire “ une couche de pétrole ” ?

Un matin sous la couette évoque le bonheur absolu, un moment privilégié de farniente, avec un bon livre, en amoureux ou à câliner nos chérubins ! Imaginer que ce bonheur se passe sous une couche de pétrole casse irrémédiablement ce portrait idyllique. 

Que ce soit clair : le synthétique est un dérivé de plastique recyclé et de pétrole. Ni plus, ni moins. Si dans certaines circonstances, nous ne pouvons pas nous en passer, il est préférable d’opter pour d’autres alternatives dans la mesure du possible. Pourquoi ? 

En deux mots : pour éviter de consommer inutilement la matière première que produit notre planète. Nous serons tous d’accord pour conclure que si la couette en synthétique est assez bon marché, elle dure à peine 5 ans avant de se déformer et faire des paquets. A cause de sa composition, elle fait le tour du monde avant d'arriver dans nos lits et en plus, elle nous fait transpirer la nuit car le pétrole ne peut pas absorber notre humidité corporelle. Pire, la couette en synthétique est bourrée de produits chimiques et de perturbateurs endocriniens dans le but de nous protéger des allergies, des acariens, bactéries et autres punaises. Ethique ?

une couette en synthétique équivaut à une couche de pétrole

Petit aparté rapide : en ayant étudié le sujet des acariens, nous avons découvert qu’ils ne sont pas dans la couette mais dans notre chambre, et que ce sont leurs excréments qui nous rendent allergiques. Les acariens aiment l’obscurité (ouvrez-vous vos volets tous les matins ?), l’humidité (avez-vous transpiré cette nuit ?) et la chaleur (ouvrez-vous vos fenêtres au moins 10 minutes chaque jour ?). Si en plus vous changez votre housse de couette environ 2 fois par mois et que vous nettoyez votre couette une fois par an, les acariens ne devraient plus faire partie de votre vie. 

Revenons à nos moutons : comme nous transpirons souvent avec une couette en synthétique, il en découle un sommeil potentiellement saccadé, perturbé voire, impossible, notamment si notre chambre est chauffée la nuit. 

Raison n° 2 : La couette en duvet, plus complexe et controversée qu’il n’y paraît ? 

Pour ceux qui ne souffrent pas d'allergies, la couette en duvet ou en plume est la principale alternative naturelle et durable au synthétique. Le duvet est une fibre animale naturelle, qui provient d’oies ou de canard. 

Il faut savoir que la Chine est le principal fournisseur de plumes dans le monde à  80%, même si 90% production européenne se concentre sur des pays comme la Hongrie, la Pologne et la France. Or en Chine - comme en Hongrie ou en Pologne - les oiseaux sont encore très souvent plumés à vif ce qui leurs occasionnent de vives souffrances. 

Pourquoi les plumer vivant plutôt que de manière plus éthique et surtout légale - l'animal mort est plongé dans un bain de cire, pour pouvoir le plumer facilement - ? Tristement, parce que les plumes arrachées sur un animal vivant gardent beaucoup plus de gonflant que sur un animal mort. 

Mouette qui vole au dessus d'une mer calme avec un ciel bleu dépourvu de nuages

Il existe différentes normes et labels, dont RDS (Responsible Down Standard), indiquant que le duvet, ou les plumes et plumettes n’ont pas été collectés à vif sur des animaux ou que la vie des animaux ne puisse être garantie d’avoir été sans douleur, stress ou gavage. 

Aujourd’hui, nous pouvons trouver une couette en duvet/plume/plumette à tous les prix, à partir d’une vingtaine d’euros jusqu'à 8 000 euros pour une couette en duvet de canard Eider, en provenance de Scandinavie. Le précieux duvet de canard Eider est récupéré uniquement du nid des animaux, souvent conservé en coffre-fort tant son prix est élevé. 

Enfin, pour ne pas laisser passer ces petites plumes à travers son enveloppe de coton, il est indispensable de la tisser avec un procédé "anti-duvet". Or, ce procédé de tissage est si dense, qu'au delà d'empêcher les plumes de traverser le tissu, il empêche aussi notre corps de respirer sainement sous cette couette. Ainsi, comme avec les couettes en synthétique, sous une couette en plumes ou en duvet, nous transpirons. 

Pour conclure, bien que la plus évidente et la plus connue des alternatives naturelles à la couette en synthétique, le marché de la couette en duvet ou en plume est complexe et bien nébuleux. 

Raison n° 3 : Le lyocell, une fibre véritablement naturelle ?

Nous tendons à supposer qu'il existe deux catégories de fibres : les fibres dites "bio-sourcées" ou naturelles, comme le coton, le lin, le chanvre, la laine, la soie... ; et les fibres dites "pétro-sourcées" ou artificielles, comme le polyester et le nylon. 

Le lyocell - ou tencel - se place quelque part entre les deux catégories. Naturelle car sa fibre est issue de pulpe de bois à partir de cellulose d’eucalyptus. Mais chimique, car elle doit être traitée pour devenir une fibre puis un tissu ou une ouate qui garnira les couettes. 

Écologiquement parlant, là aussi, le lyocel se situe entre deux eaux. Il provient essentiellement d’Afrique du Sud, parfois d’Europe et est produit en Autriche. S'il est dit que les arbres utilisés pour sa production sont plantés spécifiquement, il faut quand même les abattre pour en extraire la cellulose. Le lyocel requiert une consommation d'énergie assez importante pour être produit mais très peu d'eau tout au long de sa fabrication. En revanche, il est produit en circuit fermé, 99 % des solvants utilisé est récupéré et réutilisé. Son empreinte carbone est sans doute une des plus faible de toute les autres fibres. 

Enfin, le lyocel est particulièrement durable et respirant. En effet, de par ses origines naturelles, il contient des fibres hydrophiles, capable d'absorber notre humidité corporelle. 

Le lyocel est une solution encore peu connue mais intéressante : synthétique, mais d'origine naturelle, il reste un très bon compromis à la couette 100% synthétique, pétro-sourcée. 

Raison n° 4 : La couette en laine, éthique,  esthétique et française !

Une fois que vous aurez dormi sous une couette garnie de laine française, vous ne reviendrez plus jamais au produit synthétique ! 

Tout d'abord, il est essentiel de répondre aux idées reçues selon lesquelles, la laine est lourde, chaude et n’a pas de gonflant. Voici quelques éléments pour vous aider à prendre un peu de recul : 

Pour vulgariser le terme de "laine thermorégulatrice", cela signifie que cette fibre a la capacité de réagir aux modifications de température du corps et peut donc vous transmettre, naturellement, la quantité de chaleur dont il a besoin, autour de 37°C. 

D'autre part, le concept de plusieurs épaisseurs de fibre de laine dans la couette, permet à chaque couche de capturer plus d’air. Cette manière de carder la laine offre des propriétés isolantes supérieures tout en permettant la création de couettes plus légères et plus confortables

Enfin, laine est en abondance : comme les cheveux, la laine repousse. Chaque les moutons produisent donc une nouvelle toison qu'il est nécessaire de tondre, pour qu'ils puissent avoir moins chaud et se mouvoir confortablement. 

La laine a des propriétés insoupçonnées : naturelle et biodégradable, isolante et thermorégulatrice, respirante et anti-odeur, elle est aussi en abondance - sans besoin de détruire la planète et anti-acarien la liste est incroyablement longue ! 

Laine cardée

 

Les grandes marques de vêtement de sport ou du quotidien mais aussi de luxe et de l'industrie ne s'y trompent pas : la polyvalence et la technicité naturelle de cette fibre la rendent de plus en plus attractive. Et si nous aidions aussi les éleveurs en France afin que la tonte ne leur soit plus une charge mais un bénéfice ?

Sous la plume d'Euriel